Cheveux coupés, cheveux délivrés!!

Les filles et les cheveux, une grande histoire d’amour, de haine, de complexité.

Bien que je sois asiatique, je n’ai pas la chevelure lisse qu’ont certaines asiatiques (notamment ma sœur). Cette chevelure volumineuse m’a value d’énormes moqueries au collège et lycée. ces moqueries m’ont fait complétement détesté ma chevelure et pendant des années, je n’ai fait que des brushing, lissages japonais.

Il y a quelques temps j’ai dit stop à cette mascarade. Oui, parce qu’il s’agit bien là d’une mascarade et j’ai décidé de prendre réellement soin de mes cheveux. Cela a commencé par me trouver un bon coiffeur. Étant partie de Lyon en laissant avec regret le coiffeur que j’avais trouvé, je décide de partir à la recherche d’un coiffeur parisien. Depuis quelques temps, un salon de coiffure me faisait de l’œil: Bubble Factory . Je suis littéralement tombée amoureuse de leur style de coloration, assez punk-rock.

J’ai voulu aller plusieurs fois à ce salon sans trouver le courage d’y aller. Mais j’ai appelé et pris rendez-vous. En lisant d’autres blogs, je pensais que j’aurai un temps d’attente mais j’ai eu un rendez-vous assez rapidement.

Le 29 avril, je me dirige vers le salon avec beaucoup d’appréhension. Je suis accueillie par une équipe de coiffeurs très sympathique, souriante. L’atmosphère du salon me plait même si l’espace paraît petit. Mais je crois qu’il y a un espace coiffure aussi au sous-sol. La bande son du salon résumé parfaitement l’esprit que je recherchais: rock et rockabilly à souhait. Se faire couper les cheveux sur du Prodigy est assez inhabituel.

La coiffeuse qui me prend en charge (Margot je crois), est très souriante. Elle me demande ce que je voudrais.  Je lui dis clairement que cela fait des années que je demande un carré dégradé sans frange (et oui ayant un épi les franges ça le fait pas avec moi) et que je souhaite garder cette coupe. A mon grand soulagement, elle est d’accord avec moi.  Elle commence par me couper les cheveux à sec et on passe au shampoing. Elle me sèche les cheveux avec un diffuseur après avoir mis une crème pour boucler les cheveux. La coupe m’a coûtée 39€, un prix assez abordable.

Pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’impression d’avoir de vrais conseils de coiffeur. Margot m’a dit que mes cheveux avaient un mouvement naturel, de ne plus me coiffer les cheveux avec un peigne à sec et de ne plus faire de brushing.

Et depuis ce moment, je revis, ou plutôt mes cheveux revivent. Je ne fais plus de brushing et je les laisse sécher à l’air libre. Ainsi, je peux avoir une coiffure wavy sans effort.

Le rêve!!

De plus, Bubble Factory pense à vous Messieurs en ayant un espace barbier dans leur deuxième salon de coiffure.

Bubble Factory:

– 224 Rue de Charenton, Métro Dugommier – 01 74 50 04 04
– 28 Rue de Vignoles, Métro Avron – 01 43 72 06 12

Vive la marinière!!

Jeudi dernier, je suis allée à l’exposition Gaultier qui est actuellement au Grand Palais. Cette exposition a débuté le 1er avril 2015 et se terminera le 3 août 2015. Elle retrace en quelques œuvres la carrière de ce grand monsieur de la mode.

L’exposition commence avec son enfance et notamment le film qui lui a donné envie de devenir styliste: Falbalas de Jacques Becker avec Micheline Presles.

Puis on passe à ses débuts de styliste et le vêtement qui deviendra sa marque de fabrique: la marinière. On y apprend qu’enfant, sa mère lui faisait porter la marinière car ce vêtement allait avec tout. Dans cette partie de l’exposition, un mannequin ressemblant étrangement à JP himself raconte en détail le contenu de l’exposition. On assiste alors à l’interaction entre plusieurs mannequins comme s’ils étaient dotés de vie. C’est à la fois ludique, déconcertant et amusant.

MermaidGaultier

La troisième salle de l’expo nous amène à l’époque où Jean-Paul Gaultier vit et assiste à la British explosion du punk. Dans cette salle, on vit en direct live un défilé de mode avec un véritable catwalk et des stars VIP qui y assistent. On y voit notamment:

Amy Winehouse:

AmyGaultier

ou Dita Van Teese (avec ma robe coup de cœur de sa collection)

DitaGaultier

Les chaussures des mannequins sont à tomber en pâmoison:

ShoesGaultier

L’exposition est à l’image de son sujet: généreuse, amusante, ludique. On sent que pour le styliste la mode est une grande aire de jeu et que les gens doivent  s’habiller selon leurs envies et ne pas se préoccuper des préjugés. Il a habillé un large panel de stars: Kylie Minogue, Beth Ditto de Gossip, Madonna, Mylène Farmer, Yvette Horner.

Voilà pourquoi j’aime tant la mode by Gaultier car il habille tout le monde avec différentes morphologies. Il ose l’égalité et la parité des sexes notamment avec sa revisite des costumes d’hommes (une veste et une jupe).  Les looks masculin-féminin sont très présents dans ces différentes collections et cela fait plaisir.

Une exposition enthousiasmante à voir et à revoir. De plus,  si vous y allez en fin d’après-midi, il y a moins de monde. De plus, il y a possibilité de cumuler les expositions du Grand Palais avec des billets jumelés.

Les 29 et 30 mai, on peut visiter les ateliers de plumasserie après avoir vu l’exposition Gaultier. La visite des ateliers sera commentée. Ceci est une bonne opportunité de voir le savoir-faire artisanal français.

 

 

Achats vintage

Découverte d’une nouvelle boutique vintage (mais là vraiment vintage): Mamz’elle Swing. Sa boutique est dans le quartier du Marais donc mieux vaut s’y rendre en transport qu’en voiture. Chéri et moi avons vécu cette expérience samedi et on a failli écraser deux ou trois piétons parisiens un peu trop audacieux.

Cette boutique, très girly (tout en rose) est assez petite mais elle regorge de trésors des années 40, 50 ou 60. La politique de la gérante du magasin « Essayez les vêtements, ils vous vont, c’est bonne fortune, ils ne vous vont pas, essayez autre chose. » C’est pour cette raison que les vêtements n’ont pas d’étiquette de taille. Et c’est pas plus mal. Du coup, on passe du temps à essayer mais le jeu en vaut la chandelle.

L’atout charme de cette boutique, outre les vêtements, est la présence de la gérante qui est vraiment adorable. Sa jovialité est très communicative. Elle papote, conseille à merveille les clients tout en faisant du SAV si nécessaire. J’ai acheté une chemise style année 50 pour aller avec une jupe évasée achetée à Born Bad Retro Clothing. Malheureusement pour moi, la chemise était un peu déchirée au niveau du col et sur le col. La gérante s’est emparée d’un fil de couture et a cousu au milieu de son magasin. Tout en cousant, elle répondait aux questions des autres clientes.

Pour ma part, cette adresse est devenue un incontournable de ma shopping list et j’y retournerai avec plaisir.

J’ai testé: Modcloth

J’ai découvert un super site de vêtement: Modcloth. C’est un site américain qui vend des vêtements et accessoires féminins à l’esprit Vintage.

Et j’adore ce site. On peut regarder selon les époques souhaitées (année 40,50 ou 60 entre autres).

Il y a également une section « wedding ». Le plus de ce site est que les internautes peuvent poster des photos d’eux avec les vêtements sur eux. En gros, cela donne une idée de la tenue du vêtement et ça donne des idées look.

Pour ma part j’ai acheté plusieurs vêtements:

une robe:
Modcloth dress

un T-shirt:
modcloth T shirt

une jupe:
modcloth skirt

Concernant les prix, il faut faire attention aux frais de port. En effet, le site livre internationalement mais il se peut que les droits de douane s’y ajoutent. J’en ai fait l’amère expérience et j’ai eu un supplément de 48,30€ à payer à la poste. Comme on dit, c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Cependant, ce site est très intéressant et je continuerai à acheter de futurs articles.

Allez zou au musée

J’ai profité des vacances pour essayer d’aller au musée. On a laissé Bout de Tchou tchou à mes parents et on a en profité pour se faire trois expos:
– Tatoueurs, Tatoués au musée du Quai Branly
– Les années 50, la mode en France (1947-1957) au Palais Galliera
– Exposition permanente au musée Guimet.

1/ Tatoueurs-Tatoués
Pour la tatouée que je suis, cette exposition était incontournable. Et je n’ai pas été déçue, le conseiller artistique de cette expo étant Tin-Tin, le tatoueur français qui a démocratisé le tatouage en France. L’expo n’est pas très longue (1h30). Tout d’abord, l’expo aborde les origines du tattoo, les premières cultures à s’être tatouée, les premiers écrits où on évoque des personnes tatouées. Puis, l’expo dévie vers la notion de « tatouage bagnard ». Et oui, dans la civilisation occidentale, le tatouage est souvent porté par la « mauvaise graine », d’ailleurs on voit des exemples de prisonniers tatoués. Il y a également le tatouage en tant que « Freak Show » au début du 19ème siècle. Les tatoués faisaient souvent partis de cirques ambulants et côtoyaient les exploits de la femme à barbe, de l’homme tronc.
Enfin, la dernière partie de l’expo nous montre quelques exemples de tatoueurs et quelques-unes de leurs œuvres. Une aile de l’expo est réservée aux tatouages selon les continents et pays. Par exemple, on comprend que souvent en Asie du Sud-Est, le tatouage est lié à la notion de spiritualité et de protection avec notamment les tatouages magiques.
C’était une expo très intéressante qui a largement sa place au musée du Quai Branly. Elle est universelle dans le sens où les initiés et les novices peuvent comprendre que le tatouage n’est pas qu’un phénomène de mode.
L’exposition est visitable jusqu’au 18 octobre 2015 au tarif de 9,00€.

Tattoo3

Tattoo4

Tattoo2

Tattoo

2/ Les années 50, la mode en France (1947-1957)
Je ne connaissais pas le Palais Galliera. Le musée est proche de la station Iéna. L’exposition a fait fureur. J’ai vraiment apprécié de voir les différences entre la mode actuelle et la mode des années 50. Et il y a une grande différence: dans une société où on insiste sur le phénomène de sur-consommation, ça m’a fait du bien de voir des pièces assez uniques en son genre. Il y avait beaucoup de vêtements Christian Dior (le créateur qui illustre les années 50), également des vêtements Jeanne Lanvin, Jacques Heim ou Madame Grès (des noms inconnus au bataillon pour ma part). Malheureusement, les photos étaient interdites donc je n’ai pu prendre ces magnifiques pièces en illustration. Mais je comprends tout à fait, surtout si ces pièces venaient de collection privée. Cependant, cela n’a pas empêché certaines personnes de prendre des photos ou de toucher les vêtements. Cela m’a choqué et leurs attitudes m’ont beaucoup déçues.

Je retournerai avec plaisir dans ce musée de la mode. Pour conseil: si vous faîtes une expo dans ce musée, les billets coupe-file sont très intéressants. Ils sont certes un peu plus chers que les normaux (on avait payé 9€ au lieu de 8,50€), mais cela vous évite de faire la queue.

3/ L’exposition permanente au musée Guimet
L’exposition sur les années 50 ne durant pas longtemps, je suis allée au musée Guimet (musée des arts asiatiques) qui est pas très loin du Palais Galliera. Mon homme a été bluffé par ce musée. Quand on entre dans le musée, il y a une bonne partie consacrée au Cambodge, la partie que j’ai appréciée sans être patriote, bon un peu quand même :-).
Rien que pour cette partie, on en prend pleins les yeux. On voit toute la finesse de l’art khmer. De plus, le musée a récemment fait une exposition sur le travail de Louis Delaporte consacré aux temples d’Angkor Wat.
C’est Le musée incontournable pour les fans de l’Asie.

Guimet1

Guimet2

Une bonne après-midi culture que je n’hésiterai pas à refaire en famille.

Patron, je t’adore

Depuis que je prends des cours à la mercerie Brin de Cousette, mon envie de création couture grandit.

Je voulais me lancer dans l’étude de patrons couture, essayer de faire un vêtement de A à Z toute seule. Me jeter dans le grand bain en quelque sorte. J’ai commencé à fouiner sur le net à la recherche de sites de patrons (gratuits ou non). Mon œil de couturière débutante a été attiré par ce site: Lou and Me.

Ce site vend des patrons de vêtements pour fille. Il y a bien sûr des niveaux de difficultés. J’ai décidé de prendre un patron pour réaliser une robe. Le tarif est correct (11,00€ + 2,50€ de frais de ports). Et si on commande les articles avant midi, on reçoit notre jolie enveloppe le lendemain.

Et ça donne ça: une enveloppe avec le patron et le pas à pas pour confectionner la robe.

couture

couture2

Bon étant couturière débutante, il n’a pas été facile pour moi d’apprivoiser le patron et le pas à pas. Mais Lydie, la conceptrice du site, est à votre disposition pour vous aider. Il suffit de lui envoyer un mail quand un problème se présente. La réponse est assez rapide. Malgré tout, heureusement que chéri ait été là pour m’aider également lors de la conception 3D du vêtement.

La robe pour ma fille en taille 2 ans:

couture3

La même robe pour sa cousine (cadeau d’anniversaire) en taille 10 ans:

couture4

Un site qui va rentrer dans mes incontournables couture.

Cupcakes fever

Je suis allée dans un salon de thé avec d’anciennes collègues. Nous sommes allées à la cupcakerie de Chloé S qui n’est pas loin de Pigalle.

L’endroit est petit mais très girly. Si vous aimez le rose, vous allez être servis!! Les tables et les chaises sont esprit café parisien mais le comptoir au bar fait très année 50’s.  Pour ma part, j’adore.

 

Nous entrons dans le salon de thé et nos yeux sont attirés par des petits cupcakes aux goûts plus qu’original (chocolat Oreo, chocolat blanc/fruits rouges, vanille/fraise). En première dégustation, j’ai pris le cupcake vanille/fraise et mon homme a choisi chocolat/oreo. Quand on connait la lourdeur d’un Oreo, j’étais réticente à goûter. Et bien j’ai été surprise car le cupcake était super léger et fin en goût.

 

La force de cette cupcakerie est de proposer différents cupcakes à différents moments de la journée et ainsi on peut goûter à  plusieurs variétés de cupcake qui sont faits maison naturellement.

 

Le salon de thé propose également des ateliers cuisine pour confectionner deux cupcakes pour des événements spéciaux tels que des anniversaires ou des enterrement de vie de jeunes filles.

 

Nous avons passé un bon moment convivial autour de ces cupcakes et on y retournera certainement avec plaisir. Mais cette fois-ci, nous essaierons celui situé Rue Trudaine qui a fait peau neuve et propose des douceurs autres que des cupcakes et whoopies.

 

En prime, quelques photos de ces œuvres culinaires.

Cupcake1                Cupcake 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cupcake 3