Pause littéraire

J’ai redécouvert le plaisir de lire. J’ai arrêté d’allumer la télévision pour rien. ça fait plaisir de prendre un bon bouquin et d’avoir en fond sonore une musique d’ambiance style Kings of Convenience ou Royksopp.

J’ai recommencé mes pauses littéraires avec un livre que m’a gentiment prêté un collègue de bureau. Ce livre est Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson.

vieux-qui-ne-voulait-pas

Voici le résumé du livre: Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l’attendent pour célébrer l’événement, Allan Karlsson s’échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l’espoir qu’elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats… Commence alors son incroyable cavale à travers la Suède, mais aussi, pour le lecteur, un étonnant voyage au coeur du XXe siècle, au fil des événements majeurs auxquels le centenaire Allan Karlsson, génie des explosifs, a été mêlé par une succession de hasards souvent indépendants de sa volonté.

Quand j’ai eu en main ledit ouvrage, j’étais un peu réticente parce que le titre du livre ne m’attirait pas trop.  Au final, le road-movie de ce centenaire est vraiment excellent. Je ne me suis pas ennuyée un instant à la lecture du livre, qui se lit assez vite. Il y a énormément de passages drôles et émouvants. L’écriture de l’auteur m’a fait penser un peu à Jonathan Coe.

Tout logiquement, j’ai lu un livre de Jonathan Coe: Testament à l’anglaise

Testament

Voici le résumé du livre:

Michael Owen, un jeune homme dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d’écrire la chronique de cette illustre famille. Cette dynastie se taille en effet la part du lion dans tous les domaines de la vie publique de l’Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations…
Et si la tante Tabitha disait vrai ? Si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en fait des crimes maquillés ? Par une nuit d’orage, alors que tous sont réunis au vieux manoir de Winshaw Towers, la vérité éclatera…
Un véritable tour de force littéraire, à la fois roman policier et cinglante satire politique de l’establishment.

Une chose est sûre: la famille Winshaw ne laisse pas indifférente le lecteur. D’une part, on essaie de comprendre l’impact de cette famille sur la société anglaise contemporaine. Tous les membres de cette famille occupent un poste à haute responsabilité dans la société publique anglaise que ce soit dans le domaine politique, économique, audiovisuel. D’autre part,  on essaie d’avoir un peu de sympathie pour cette famille mais, et c’est un avis personnel, on ressent plus du mépris à leur égard que de la sympathie. Du coup, la moindre once de remords ou d’humanité peut être perçue comme du véritable mépris.

Deux très bons livres que je vous conseille fortement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s