Lushons-nous

Toujours à la recherche du bien-être, j’ai voulu tester les produits cosmétiques de la marque Lush. J’ai été achetée mon produit, un shampoing, au Lush de la Part Dieu. Ce qui est dommage dans ce magasin, comme dans le magasin Kiko, est la taille du magasin. Le magasin est trop petit alors il vaut mieux éviter d’y faire un tour le samedi ou aux moments d’affluence comme le midi.

Quand on entre dans le magasin, on est de suite sollicité visuellement et olfactivement. Beaucoup d’odeurs se mélangent mais ce n’est pas désagréable comme cela peut l’être parfois dans une parfumerie. Aucune odeur ne dépasse l’autre. Niveau visuel, les produits sont colorés et donnent du pep’s à la décoration. De plus, les vendeuses, bien qu’avec des allures fun, sont très professionnelles et n’hésitent pas à faire des démonstrations si nécessaire. Et c’est ce qui c’est passé pour mon cas. J’étais à la recherche d’un shampoing qui puisse hydrater mes cheveux bien endommagés suite à des colorations, brushings à tout va.

Donc sur les conseils de la vendeuse, j’ai choisi le shampoing Trichomania

Lush

Comme vous pouvez le constater, ce shampoing ressemble à un savon. La vendeuse, en me faisant une démonstration, m’a dit de faire mousser le shampong entre mes mains et de frictionner la mousse sur mes cheveux. Avec ce système, d’après elle, on peut faire entre quatre-vingt et cent shampoing. Comme je voulais le tester, j’ai pris 150 grs au prix de 15,14€. Je suis sortie du magasin avec mon paquet, assez sceptique et anxieuse de savoir l’effet que ce produit aura sur mes cheveux.

Le lendemain, test en live. Je mouille mes cheveux et je fais mousser le shampoing. J’applique la mousse sur mes cheveux et ils réagissent bien au produit. L’odeur est très agréable (coco). Je rince ma chevelure et là c’est la déception!! Je ressens un effet poisseux sur mes cheveux. Je recommence le protocole et rien n’y fait, l’effet poisseux est toujours là. Je suis au bord des larmes. Malgré tout, je décide de sécher ma chevelure et si l’effet poisseux est toujours présent, je relave mes cheveux avec mon shampoing habituel. Mais au fur et à mesure que mes cheveux deviennent secs, je sens qu’ils deviennent doux, sans noeuds.  Je décide de faire un brushing à la brosse sans appliquer de produit de lissage. Et là, le miracle opère: aucun frisotti, les cheveux sont disciplinés.

D’habitude, je dois refaire un shampoing deux jours car mes cheveux deviennent gras vite. Avec ce shampoing Lush, je pense que je peux espacer les lavages car ma chevelure est parfaite, après un lavage il y a deux jours.

Je crois que cette marque vaut le coup et je pense acheter d’autres produits que j’ai hâte de tester.

Pause littéraire

J’ai redécouvert le plaisir de lire. J’ai arrêté d’allumer la télévision pour rien. ça fait plaisir de prendre un bon bouquin et d’avoir en fond sonore une musique d’ambiance style Kings of Convenience ou Royksopp.

J’ai recommencé mes pauses littéraires avec un livre que m’a gentiment prêté un collègue de bureau. Ce livre est Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson.

vieux-qui-ne-voulait-pas

Voici le résumé du livre: Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l’attendent pour célébrer l’événement, Allan Karlsson s’échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l’espoir qu’elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats… Commence alors son incroyable cavale à travers la Suède, mais aussi, pour le lecteur, un étonnant voyage au coeur du XXe siècle, au fil des événements majeurs auxquels le centenaire Allan Karlsson, génie des explosifs, a été mêlé par une succession de hasards souvent indépendants de sa volonté.

Quand j’ai eu en main ledit ouvrage, j’étais un peu réticente parce que le titre du livre ne m’attirait pas trop.  Au final, le road-movie de ce centenaire est vraiment excellent. Je ne me suis pas ennuyée un instant à la lecture du livre, qui se lit assez vite. Il y a énormément de passages drôles et émouvants. L’écriture de l’auteur m’a fait penser un peu à Jonathan Coe.

Tout logiquement, j’ai lu un livre de Jonathan Coe: Testament à l’anglaise

Testament

Voici le résumé du livre:

Michael Owen, un jeune homme dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d’écrire la chronique de cette illustre famille. Cette dynastie se taille en effet la part du lion dans tous les domaines de la vie publique de l’Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations…
Et si la tante Tabitha disait vrai ? Si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en fait des crimes maquillés ? Par une nuit d’orage, alors que tous sont réunis au vieux manoir de Winshaw Towers, la vérité éclatera…
Un véritable tour de force littéraire, à la fois roman policier et cinglante satire politique de l’establishment.

Une chose est sûre: la famille Winshaw ne laisse pas indifférente le lecteur. D’une part, on essaie de comprendre l’impact de cette famille sur la société anglaise contemporaine. Tous les membres de cette famille occupent un poste à haute responsabilité dans la société publique anglaise que ce soit dans le domaine politique, économique, audiovisuel. D’autre part,  on essaie d’avoir un peu de sympathie pour cette famille mais, et c’est un avis personnel, on ressent plus du mépris à leur égard que de la sympathie. Du coup, la moindre once de remords ou d’humanité peut être perçue comme du véritable mépris.

Deux très bons livres que je vous conseille fortement.

Nouveautés cosmétiques

Depuis que je suis enceinte, j’ai de plus en plus envie de prendre soin de moi. J’ai donc été à Kiko pour faire des achats maquillages.  J’ai fait l’acquisition de trois vernis à ongles au prix de 4,90€ chacun.

Kiko

Le premier vernis qui se trouve sur l’index se nomme Sugar Nail Lacquer (couleur n°632 True Red ).  Sa particularité, et j’ai trouvé ça assez orignal, est d’avoir un effet rugueux sur l’ongle. J’avoue qu’au moment où j’ai posé la première couche, j’ai ressenti une petite déception car je n’avais pas le  « touché sable » que m’avait promis la conseillère Kiko au moment de l’achat. Mais à la deuxième couche, en passant mon doigt sur l’ongle, j’ai bien ressenti l’effet rugueux.

Le deuxième vernis posé sur le majeur est le Celebration Nail Lacquer   (couleur n°421 Pearly Pink Iguana ). Ce vernis est en édition limitée. Il contient de petites paillettes qui font ressortir la couleur. Ayant la peau mate, il sera idéal pour l’été.

Le dernier vernis, rigoureusement mis sur l’annulaire, est le Mirror Nail Lacquer (couleur n°618 Orchid Pink). Ce vernis a une couleur intense et oscille entre le rose et le violet, selon les angles. Quand je l’ai posé sur mon doigt, j’ai vraiment pensé que j’avais acheté deux vernis roses. Mais en attendant un peu, on peut voir des touches de couleur violet et je trouve cela super sympa.

Et bien sûr, il y a la garantie Kiko avec un séchage ultra rapide. Il est vrai que les vernis ne tiennent pas longtemps mais cela n’est pas plus mal dans un sens car cela permet de varier les vernis plus souvent. A moins d’utiliser le top coat Kiko, chose que je n’ai pas encore testé. ça sera mon prochain achat Kiko.

Ambiance messine

Avant une semaine de vacances bien méritée, je suis partie, avec une collègue lyonnaise, en voyage professionnel à Metz. Je ne connaissais pas cette ville qui, ma foi, est bien jolie. Le souci de Metz: son climat. Je suis de nature frileuse et j’ai souffert du froid.

Malgré le froid, nous avons pu un peu visiter la ville et voir entre autre le centre pompidou. Et pour se revigorer du froid, quoi de mieux que de se faire un bon resto. Sur les conseils de nos collègues régionaux, nous sommes allées dans deux restaurants. Le premier est typiquement de la région, le second est un restaurant breton.

Le premier restaurant, le restaurant typiquement alsacien, se nomme le Winstub. Dans ce restaurant aux spécialités alsaciennes, j’ai mangé la fameuse flammekueche. Celle-ci avait une variante par rapport à la flammekueche traditionnelle. En effet, elle contenait de l’emmental fondu.

Winstubflam

En dessert, j’ai pris une infusion gourmande :

Winstubdessert

Cette infusion est composée de trois desserts « maison »: une madeleine aux amandes (le goût se rapprochait d’une tuile aux amandes), une mousse au chocolat et une crème vanille façon crème brûlée.

Le deuxième restaurant est un restaurant breton, le Saint Malo.  Et qui dit restaurant breton, dit galette. J’ai pris une galette salée et une galette sucrée pour le dessert.

Ma première galette s’appelle la cordée: fromage à raclette, chiffonnade de jambon cru, pommes de terre.

StMaloCordéé

Pour le dessert, mon choix s’est porté sur une galette avec trois boules de glace à la fraise, coulis de fruits rouges et chantilly.

StMaloDessert

Comme vous pouvez le constater, ces deux restaurants ne lésinent pas sur la quantité. Et la qualité est au rendez-vous. Vous pouvez vous en sortir avec un menu à 20€. De plus, les décorations de ces deux restaurants sont originales.

Attention: apparemment, ces deux restaurants ont bonne réputation à Metz. Il est vivement conseillé d’appeler pour réserver.

Le Winstub

2 Rue Dupont des Loges 57000 Metz

Tél: 03 87 37 03 93

Le Saint Malo

14 Rue des Clercs  57000 Metz

Tél: 03 87 74 56 85